Presidential

Celestin Issues Statement on Election

HAITIAN PEOPLE,
Finally the results are as expected by our CEP proclaimed that now all the trouble to say independent, because his skiff, tossed by the storm of pressure, finally seems to have stuck in the sands of vassalage and denial self.

Unfortunately we are not left entirely unscathed from the tumultuous journey, we will take a long time because of the damage done to our good faith and our prestige. Even if wounds close, the scars still remain and nothing can dampen the pain kept alive in memories of drama, underground dealings and betrayals that marked this electoral period.

In any case, I address you from the top of my vertical inviolate, draped in my honor and in the shell of my principles and my core beliefs and inentamées.

My dear friends,
Guided by patriotism and a sincere concern for changing things I entered the presidential race of this devastated country awaiting to be rebuilt for the benefit of its people that have lamented for too long about the indifference of their leaders, the contempt of its elites.
I campaigned with a grand vision, new and fresh for the new Republic that our generation has a duty to construct, a vision articulated in ten broad policy guidelines of my program of government. And if I advocated for continuity, targeting and claiming the heritage of the past cycles, it is because as a former CEO of CNE or National Center des Equipements, I couldn't make it on my own record, embodied in the form of 2,000 km of roads we have built or the rehabilitating and prompt action in saving this organization in the aftermath of the earthquake and painful grieving of January 12, 2010.

On the wings of this vision and this balance somewhat personal, visible in all provinces of the country, I traveled the countryside, I conducted a campaign expansive and exuberant, lively and colorful, radiating smile and devotion of my supporters, a campaign so impressive by the number and fervor, which many foreign representations, surprised or subjugated, were looking at several stations, audio-visual tapes authenticated monsters of our gatherings and to no Another similar. We especially campaigned healthy: we have never attacked our rivals, provided that our competitors today will undoubtedly become our employees or associates of tomorrow in the necessary solidarity kombite of national recovery. We have preached peace, discipline, good consideration for others and the contrary opinion, respect for the opponent's posters and private property. Despite our frustrations and your impatience, you observed the calm and serenity, and the cult of law and democratic rules. As to avoid incurring the fittest, we chose to enact the law. Paradoxically, this choice does not bring us happiness, we will however continue to prefer this option, as it is true that the defeat of justice is always ephemeral.

We are pleased to have done our job properly and fulfilled our obligations to our fans and supporters, as to ourselves by cultivating the highest exponent sense of civic responsibility and the virtues of excellence in all things. You and I are absolutely convinced they had pushed the panels shaky polls rigged and manipulated, and handily won the battles of November 28, also abandoned at noon by our opponents scared of the immensity of our conquering wave . Moreover, an objective and unbiased counting confirmed our clear victory was announced and passed around the world by one of the most respected chain of the American press.

Therefore, groundwater and pharmacies forums were set to work to undermine to crucify Jesus Christ (JC) and glorify Barabas. Since, from noon to vote there remained our faithful supporters, rejected our opponents had no other alternative but to demand the cancellation. But soon the two great tenors of the cancellation have swallowed their pride in the promise of some potentate by and / or elsewhere that everything would be done to keep them in the race, at the cost of demonization and implementation to political death of the winner. And the machine began to move to crush the truth of the ballot box, discarding all records where JC had over 300 votes as our competitors not popular enough - or absent - did not exceed the milestone of 150. So we put aside - Quarantine - approximately 3000 minutes, 90% were to our advantage, we still can not get out, 1045 PV winners JC disappear like magic in the center of confabulation. Injustice, unfairness, hypocrisy, deceit, there is no word in the vocabulary to describe the immorality of such an attitude. By dint of rantings and gymnastics on the crest of numbers, we swallowed in second place, just in the percentage of survey sponsored. We do not even protested.

And our immediate pursuer, who had never exceeded 14% in their polls, took the guise of his sudden ascent - real or artificial - to force the destiny, it encouraged by some delegations or individual routes, and threw into the streets of Port au Prince and Petion-Ville-Delmas aggressive hordes who devastated everything in their path, three days during which the dominant fact is the noticeable absence - and certainly deliberate - tanks, soldiers and police to MINUSTAH.

Here we are back to the time and bayonets, and we honestly thought it had finished with the past, but the past was not through with us, he resurfaced in all its gruesome splendor dictation or just discreet complicity of our guardians, our teachers democratic stabilization. Thus, the Haitian has returned the practice of wanting to seize power by force and violence. And violence has just received the ultimate reward. This reminds us of the heinous massacre of the lane Vaillant 29 November 1987, the murderer of vandalism December 7, 2010: How tragic similarity in the pictures, what analogy in the profile of players, regardless of consistency in the status of sponsors, which reunion in the identity of the recipients!

In the confusion created and maintained carefully, the government, roughly falling into the trap of diplomatic smiles and eagerness, solicited the assistance of its gravediggers. And experts rushed, bringing in their bag two pages of the report already prepared by a commission informally and confidentially that visited the minutes and identified where we could hammer. It was now dressing the forthcoming report, to place it on a supposedly scientific methodology - also remained preposterous - and recitals quite incongruous and incoherent. Haitian experts have also shown the sickening bias in the choice of PV and the absurdity of the conclusions and recommendations. But they are too close, they are among us, for being recognized expert must come from afar.

No worries: Despite the obvious weakness of the work of''experts''of the OAS and the machinations of scheduled flight, a large fraction of the International is adamant the report and requires the application PRC, the government, our platform INIT, softened by the fact by the untimely cancellation of visas for members of the Executive and the threat of further sanctions more pointed. Thus we get in this first week of February, with Candlemas Day, this day of light and truth, these false results, fetched that our CEP independent inflicted, yes, inflicted the national conscience perverted by international pressure, like a slap dealt out to public morality, imposed on our people vigorously spurred yet the memory of its past glories and wakes to a nationalism that was thought lost.

Haitian people,

Same results as face truncated, I accept my deepest nature, marked by civility, soaked in respect for others and the crucible of comity and magnanimity. It inclines me to present congratulations to the winners of these games and even those who have benefited from the pro-consuls. What unspoken allegiances and concessions have we not paid this solicitude runaway, stubborn and devastating! Should we not expect to drink to the dregs the cup of poison injunctions and humiliation!

I pity our dialecticians tired of the left as the unalterable rhetoricians of the conservative right, and civil society too quickly and too well aligned, and I pity the tenor of the intelligentsia annually packed on the road to the slave as a starter in search some residues of the Haitian dignity and I pity the mass of our leaders today sparse who are silent, burying deep in their flag in their pocket. Yet I rejoice and take comfort in the fact that it remains on this earth a few samples of this great race, yet able to say NO al'indignité and indicate to the occupants of the unacceptable limits and the point at which even a foster brother or father can go too far in the degradation of the obligor: Haiti held in their eternal gratitude.

I pity some of my fellow platform insider who, like the son of the patriarch Jacob sold their brother Joseph, but the intuition that it could - would-be minister of the Pharaoh of Egypt. In their haste to deliver me to appease the restless jewelers probably holding some piece of their jewelry box, they have not given the time to review the electoral law does not recognize a party's right to "withdraw "its candidate or to one of overstepping the time limit (Article 104). I find it very painful to see my peers to cover the face to lick the filthy blood flowing from the wound of shame and having to console them by seeking absolution for their national and throwing my own forgiveness, for only reason they did not know what they were doing. What they did first to themselves, as looking in the same direction of infamy that our critics, they are turned back on themselves. To me, they have done nothing but good, allowed me to discover at once a few specimens of this race who are so vigorously stirred the censer before us the goal, now obvious, get drunk and suffocate us. I know it is meaningless to speak of national dignity which is only approximate notion of personal dignity. Alas! The compromise and fear extinguished the honor as the wind blows out a candle. Unit (INIT) is dissolved when all sizes collapses, it becomes diluted in the dust of capitulations and betrayals. The frenzied pursuit of power outside his own camp, sometimes in collusion requires very unworthy.

But my bitterness merits before the certainty that there are still in the ranks of my party of citizens vertical, constant in their beliefs and their ideology, respectful of the principles and unbreakable bonds of brotherhood between supporters of the same noble question. It disappears even when I am persuaded that some fighting and attacks leave the supposed victors more embarrassed than they were believed vanquished. It is with this that I express my most fervent wishes for success in place for candidates to the senate and the deputation from INIT the platform that will face the second-round contention. I wish them courage and lucidity, vigilance so that no one can steal their popularity and their victory. I am on their side and it is nothing but am not ready to do to help and accompany them on the road to triumph.

Men and Women of Haiti's prestige and pride,

Healthy youth of my country,

I address you from the confines of indignation and anger, both revolts me the attitude of those, here and elsewhere who have acquired such aplomb in the practice of the machine, hypocrisy and betrayal. I extend the fraternal and patriotic hello to everyone, people in cities and community sections, candidates in the senate and the deputation from INIT the platform, all candidates for legislative fraternal parties who supported my candidacy, "Friends of Jude "who have supported and accompanied during the harsh days of the campaign, who have not faltered or failed during the moments of trance and anguish where the vanquished were talking about the powder (Cayes) and violence (P to P and Petion-Ville-Delmas). Pay no trust and no echo the bluster of each other: the vote of a people is expressed only in the ballot box, not the micro manipulators of public opinion. Remember the story and the truth are those who have carved the minutes and ordered their henchmen to the center tab / storytelling to make selections at the expense of a candidate to help another, it is those then who falsified or stolen the people's vote. They, the real fraudsters. It is easy to accuse the other of mistakes that we committed ourselves: the reason of the strongest is always the best. It is clear to everyone that the results do not reflect the trend of voting: how to understand the development of AWAY presidential candidate INIT while all candidates for legislative platform, which led him to campaign common and joint, have largely won in all departments in all districts of the country, how to understand this insistence that the latter withdraws while styling does not list it has little chance of winning, even unpopular they say: everything it is quite illogical even for pupils from nursery school. Do not let anyone, however powerful it may be, you feel guilty or to question your honesty packages concocted to cover the secret of their pharmacy or their forum.

We extend a special thank you to our sponsors, our financial supporters, our volunteer photographers who traveled with us the path of this victory we have been stolen. Our sympathies and gratitude go to those who have made freely available to us that their homes were vandalized and burned, to our friends who lost their shops, their radio stations, their school, their cyber center. Without you we would not have offered to the Haitian community campaign so colorful, the taste of people who appreciate the beauty and excellence. Do not be disappointed: you bet on the right side.

Upon closing this chapter of a pathetic life together, fed the flame of our beliefs and our aspirations for the betterment of our people, I tell you all a deep and sincere thank you for your dedication and your loyalty. Thank you for your steadfastness, your sense of discipline and belonging. Thank you for having obeyed my watchwords to reject all forms of violence, not out in the streets, you probably expected to infiltrate you and trap you. We were told unpopular because we have not dropped our knuckles in the streets, like others, ransacking shops, looting shops large and small, peaceful homes on fire, break the cars: the Haitian people know we appreciate . I always remember your recent protestations of support and warm, just as the hierarchy of our party immolate on the altar of special interests ulterior. I'm almost glad that the opportunity was offered me to show you that, whatever the price, I will never abandon those who put their trust in me and who fought with me for the good fight the victory of a noble cause. And especially since I'm not made of pliable dough that takes the curvature of the hand that kneads and is supreme values that I can not sell for flat lenses: the honor and pride of a Vertical Man, riveted to the principles. I was not ready to pick up the scepter in the presidential slush and mud and the risk of leaving my pride and prestige.

I know you suffer from these results, synonyms somehow premium violence. Do not crumple them in the melancholy of defeat or sacrifice: you are the race of conquerors. Our victory will come later, but he comes anyway. Look to the sun, high forehead, lofty soul and get ready for future battles in which the victim will be rehabilitated and just glorified. Courage, son and daughters of Dessalines: the darkest night announced the radiant dawn.

An activist never lost the war, he loses battles, but if he keeps his beliefs, they come out enriched and strengthened.

Ayiti pap peri

 


 

French - Francais

 

DECLARATION de l'ancien candidat à la presidence Jude Célestin sur les resultats des dernières élections

 

PEUPLE HAITIEN,

Finalement les résultats tant attendus sont proclamés par notre CEP qui aura désormais toutes les peines du monde à se dire indépendant, parce que son esquif, ballotté par la tempête des pressions, semble s’être enfin enlisé dans les sables de la vassalité et du reniement de soi.  Malheureusement nous ne sommes pas sorti tout à fait indemne de la traversée tumultueuse, car nous porterons encore longtemps les atteintes faites à notre bonne foi et à notre prestige. Et même si les blessures se ferment, les cicatrices demeurent et rien que d’y toucher réveillera la douleur, pour maintenir le souvenir des drames, des tractations souterraines et des trahisons qui ont marqué cette période électorale.

En tout cas, je m’adresse à vous du haut de ma verticalité inviolée, drapé dans mon honneur et dans la carapace de mes principes et de mes convictions profondes et inentamées.

Mes chers amis,

C’est mu par un élan patriotique et dans le souci sincère de changer les choses que je me suis engagé dans la course présidentielle, en ce pays dévasté qui attend d’être reconstruit, au bénéfice de ce peuple qui se lamente depuis trop longtemps de l’indifférence de ses dirigeants, comme du mépris de ses élites.  J’ai abordé la campagne, porteur d’une vision grandiose, neuve et fraiche pour la République nouvelle que notre génération a pour devoir de construire, une vision définie dans dix grandes orientations de mon programme de gouvernement. Et si j’ai prôné la continuité, en ciblant - en revendiquant – le patrimoine des cycles du passé, c’est parce que, en tant qu’ex-directeur général  du CNE ou Centre National des Équipements, je ne pouvais faire l’impasse sur mon propre bilan, concrétisé sous la forme des 2000 kilomètres de routes que nous avons construites ou réhabilitées et par l’action prompte et salvatrice de cet organisme dans les lendemains douloureux et endeuillés du séisme du 12 janvier 2010.

Sur les ailes de cette vision et de ce bilan quelque peu personnel, visible dans toutes les provinces du pays, j’ai parcouru les campagnes ; j’ai mené une campagne expansive et exubérante, allègre et colorée, irradiée du sourire et de la dévotion de mes partisans, une campagne à ce point impressionnante par la ferveur et le nombre, que nombre de représentations étrangères, étonnées ou subjuguées, ont fait chercher auprès de plusieurs stations de l’audio-visuel les cassettes authentifiées de nos rassemblements monstres et à nul autre pareils.  Nous avons surtout mené une campagne saine : jamais nous n’avons attaqué nos rivaux, assuré que nos concurrents de ce jour deviendront indubitablement nos collaborateurs ou associés de demain dans la nécessaire et solidaire kombite du relèvement national.  Nous avons prêché la paix, la discipline, la bonne considération de l’autre et de l’opinion contraire, le respect des affiches de l’adversaire et des biens privés.  En dépit de nos frustrations et de vos impatiences, vous avez observé le calme et la sérénité, ainsi que le culte de la loi et des règles du jeu démocratique.  Car pour éviter de subir la loi du plus fort, nous avons choisi de donner force à la loi.  Paradoxalement ce choix ne nous a pas porté bonheur, nous continuerons néanmoins à privilégier cette option, tant il est vrai que la défaite du droit est toujours éphémère.

 

Nous nous félicitons d’avoir convenablement accompli notre tâche et rempli nos devoirs envers nos partisans et sympathisants, comme envers nous-même en cultivant au plus haut exposant le sens de la responsabilité citoyenne et les vertus de l’excellence en toutes choses.  Vous et moi, nous sommes absolument convaincus d’avoir bousculé les panneaux branlants des sondages truqués et manipulés et remporté haut la main les joutes de ce 28 novembre, abandonnées d’ailleurs dès midi par nos adversaires effrayés de l’immensité de notre vague conquérante.  D’ailleurs, un comptage objectif et impartial a confirmé notre victoire limpide, annoncée et répercutée à travers le monde par l’une des plus respectables chaînes de la presse américaine.

Dès lors, les officines souterraines et les forums se sont mis au travail de sape pour crucifier Jésus-Christ (J.C.) et glorifier Barabas.  Puisque, à partir de midi il ne restait à voter que nos partisans fidèles, nos adversaires déboutés n’eurent d’autre alternative que de réclamer l’annulation.  Mais bientôt les deux grands ténors de l’annulation ont ravalé leur morgue sous la promesse de quelque potentat d’ici et/ou d’ailleurs que tout allait être fait pour les maintenir dans la course, au prix de la diabolisation et de la mise à mort politique du gagnant.  Et la machine se mit en marche pour broyer la vérité des urnes, en rejetant tous les procès-verbaux où JC comptait plus de 300 voix puisque nos concurrents pas assez populaires - ou absents - ne dépassaient pas le cap des 150.  Ainsi mit-on de côté – en quarantaine - environ 3000 procès-verbaux dont 90% étaient a notre avantage ; ne pouvant malgré tout nous sortir, 1045 PV gagnants de JC disparaissent comme par enchantement dans le centre de fabulation.  Injustice, iniquité, hypocrisie, imposture, il n’y a pas de mot dans le vocabulaire de l’immoralité pour qualifier une telle attitude.  A force d’élucubrations et de gymnastique sur la crête de chiffres, on nous ravala en deuxième position, juste au niveau du pourcentage de leur sondage commandité.  Nous ne protestâmes même pas.

Et notre poursuivant immédiat, qui n’avait jamais dépassé les 14 % dans leurs sondages, prit prétexte de sa  brusque remontée – artificielle ou réelle – pour forcer le destin, en cela encouragé par certaines délégations ou liaisons particulières, et jeta dans les rues de Port au Prince et de Pétion-Ville-Delmas des hordes agressives qui saccagèrent tout sur leur passage, durant trois journées dont le fait dominant est l’absence remarquée – et certainement délibérée – des chars, des soldats et policiers de la MINUSTAH.

Nous voilà ainsi revenu au temps des baïonnettes ; nous croyions honnêtement en avoir fini avec ce passé, mais ce passé n’en avait pas fini avec nous ; il ressurgit dans toute sa splendeur macabre sous la dictée ou dans la complicité à peine discrète de nos tuteurs, de nos pédagogues de la stabilisation démocratique.  Ainsi l’haïtien a renoué avec cette pratique de vouloir prendre le pouvoir par les armes et la violence.  Et la violence vient de recevoir la suprême récompense. Cela nous remet en mémoire le massacre odieux de la ruelle Vaillant du 29 novembre 1987, le vandalisme meurtrier du 7 décembre 2010 : quelle similitude dans le tragique des  images, quelle analogie dans le profil des acteurs, quelle constance dans le statut des commanditaires, quelles retrouvailles dans l’identité des bénéficiaires !

Dans cette confusion savamment créée et entretenue, le gouvernement, tombant grossièrement dans le piège des sourires et des empressements diplomatiques, sollicita l’assistance technique de ses fossoyeurs.  Et les experts accoururent, amenant dans leur sacoche deux pages de rapport déjà rédigées par une commission informelle et confidentielle qui avait visité les procès-verbaux et identifié lesquels pouvaient nous éreinter.  Il ne s’agissait maintenant que d’habiller le rapport à venir, de l’asseoir sur une méthodologie prétendument scientifique – d’ailleurs restée abracadabrante – et sur des considérants tout à fait incongrus et incohérents.  Des experts haïtiens ont d’ailleurs démontré le parti pris écœurant dans le choix des P.V. et l’absurdité des conclusions et des recommandations. Mais, ils sont de trop près, ils sont de chez nous ; pour être reconnu expert il faut venir de loin.

Qu’à cela ne tienne : malgré la faiblesse patente du travail des ‘’experts’’ de l’OEA et la machination de la fuite programmée, une large fraction de l’International tient mordicus à ce rapport et en impose l’application au CEP, au gouvernement, à notre plateforme INITE, ramollie en la circonstance par la révocation intempestive des visas des membres de son directoire et la menace d’autres sanctions plus pointues.  Ainsi sommes-nous arrivés, en cette première semaine de février, en ce jour de la Chandeleur, ce jour de la lumière et de la vérité,  à ces résultats mensongers, tirés par les cheveux, que notre CEP indépendant a infligés, oui, infligés à la conscience nationale pervertie par les pressions internationales, comme une gifle assenée à la moralité publique, infligée à notre peuple vigoureusement éperonné pourtant au souvenir de ses gloires passées et qui se réveille à un nationalisme que l’on croyait perdu.

Peuple haïtien,

Même face à des résultats aussi tronqués, j’assume ma nature profonde, empreinte de civilité, trempée au respect de l’autre et au creuset de la courtoisie et de la magnanimité.  Elle m’incline à présenter des félicitations aux vainqueurs de ces joutes et même à ceux qui ont bénéficié de la faveur des consuls.  De quelles allégeances et concessions inavouées n’a-t-on pas payé cette sollicitude galopante, entêtée et dévastatrice !  Ne faut-il pas s’attendre à boire jusqu’à la lie la coupe empoisonnée des injonctions et des humiliations !

Je plains nos dialecticiens de la gauche fatiguée comme les inaltérables rhéteurs de la droite conservatrice et de la société civile trop vite et trop bien alignée ; je plains les ténors de l’intelligentsia annuellement emballée sur la route de l’esclave comme partant à la recherche de quelques résidus de la dignité haïtienne ; je plains la masse aujourd’hui clairsemée de nos leaders qui se sont tus, en enfouissant profondément leur drapeau dans leur poche. Pourtant je me réjouis et me console au constat qu’il reste  sur cette terre quelques échantillons de cette race superbe, encore capable de dire NON a l’indignité et d’indiquer aux occupants les limites de l’inacceptable et le point à partir duquel même un frère ou un père nourricier peut aller trop loin dans l’avilissement de l’obligé : Haïti leur en tiendra reconnaissance éternelle.

Je plains certains de mes coreligionnaires de la plateforme INITE qui, comme les fils du patriarche Jacob, ont vendu leur frère Joseph, sans l’intuition que ce dernier pouvait –- allait– devenir ministre du pharaon d’Egypte.  Dans leur hâte de me livrer afin d’apaiser les impatiences des orfèvres probablement détenteurs de quelque pièce de leur coffret à bijoux, ils ne se sont pas donné le temps de relire la loi électorale qui ne reconnaît pas à un parti le droit de « désister » son candidat, ni à celui-ci d’outrepasser le délai prescrit (article 104).  Il m’est bien douloureux de voir mes pairs se couvrir la face pour lécher le sang immonde qui coule de la blessure de la honte et de devoir les consoler en sollicitant pour eux  l’absolution nationale et en leur jetant mon propre pardon, pour la seule raison qu’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient.  Ce qu’ils faisaient d’abord à eux-mêmes, car en regardant dans la même direction d’infamie que nos détracteurs, ils se sont tourné le dos à eux-mêmes.  A moi, ils n’ont fait que du bien, m’ayant permis de découvrir tout de suite quelques spécimens de cette race  qui savent si vigoureusement agité l’encensoir devant nous dans l’objectif, devenu aujourd’hui évident, de nous saouler et de nous étouffer.  Je sais qu’il est vain de parler de dignité nationale à qui n’a qu’une notion approximative de sa dignité personnelle.  Hélas ! Les compromissions et la crainte éteignent l’honneur comme le vent souffle sur une bougie.  L’Unité (INITE) se dissout quand toute grandeur s’effondre ; elle se dilue dans la poussière des capitulations et des reniements.  La quête forcenée du pouvoir en dehors de son propre camp oblige parfois à des collusions bien indignes.

Mais mon amertume fond devant la certitude qu’il existe encore dans les rangs de mon parti des citoyens et citoyennes verticaux, constants dans leurs convictions et leur idéologie, respectueux des principes et des liens de fraternité infrangibles entre les supporteurs d’une même et noble cause. Elle s’efface même, quand je me persuade que certains combats et attaques laissent les prétendus vainqueurs plus embarrassés que ceux que l’on croit vaincus.  C’est fort de cela que je formule mes  vœux les plus fervents de succès à l’endroit des candidats au sénat et a la députation de la plateforme INITE qui vont affronter la lice du second tour.  Je leur souhaite du courage, de la lucidité, de la vigilance  pour que personne ne puisse leur voler leur popularité et leur victoire.  Je suis à leurs côtés et il n’est rien que ne sois prêt à faire pour les aider et les accompagner sur la route du triomphe.

Hommes et Femmes de l’Haïti du  prestige et de la fierté,

Jeunesse saine de mon pays,

Je m’adresse à vous des confins de l’indignation et de la colère, tant me révolte l’attitude de ceux-là, d’ici et d’ailleurs, qui ont acquis un tel aplomb dans la pratique de la machination, de l’hypocrisie et de la trahison.  J’adresse le salut fraternel et patriotique à tous ceux, populations des villes et des sections communales, candidats au sénat et à la députation de la plateforme INITE, tous les  candidats législatifs de partis frères qui ont supporté ma candidature, les « Amis de Jude », qui m’ont soutenu et accompagné durant les rudes journées de la campagne électorale, qui n’ont pas failli ni défailli durant les moments de transe et d’angoisse où des vaincus ont fait parler la poudre (aux Cayes) et la violence ( à P au P et à Pétion-Ville-Delmas). N’accordez aucune confiance ni aucun écho aux fanfaronnades des uns et des autres : le vote d’un peuple ne s’exprime que dans l’urne, pas au micro des manipulateurs de l’opinion.  Retenez pour l’histoire et pour la vérité que ce sont ceux qui ont dépecé les procès-verbaux et ordonné à leurs sbires du centre de tabulation/fabulation d’opérer des sélections au détriment d’un candidat pour faciliter un autre, ce sont ceux-là qui ont  falsifié ou volé le vote du peuple.  Ce sont eux, les véritables fraudeurs.  Qu’il est aisé d’accuser l’autre de fautes qu’on a commises soi-même : la raison du plus fort est toujours la meilleure. Il est clair pour tout le monde que les résultats ne reflètent pas la tendance du vote : comment comprendre la mise a l’écart du candidat a la présidence de INITE alors que tous les candidats législatifs de la plate-forme, lesquels ont mené avec lui campagne commune et conjointe, ont largement gagné dans tous les départements, dans toutes les circonscriptions du pays, comment comprendre cette insistance pour que le second désiste alors que ne coiffant pas la liste il a peu de chance de gagner, on le dit même impopulaire : tout cela est tout a fait illogique même pour les pupilles de l’école maternelle. Ne laissez personne, si puissant soit-il, vous donner mauvaise conscience ni mettre en cause votre honnêteté pour couvrir des forfaits concoctés dans le secret de leur officine ou de leur forum.

Nous adressons un remerciement spécial à nos sponsors, nos supporteurs financiers, à nos photographes bénévoles qui ont parcouru avec nous les chemins de cette victoire qu’on nous a volée. Nos sympathies et notre gratitude vont à ceux qui ont mis gratuitement à notre disposition leurs maisons qui ont été vandalisées et incendiées, a nos amis qui ont perdu leurs magasins, leurs stations de radio, leur établissement scolaire, leur centre cybernétique. Sans vous, nous n’aurions pas pu offrir à la communauté haïtienne une campagne si colorée, au gout des gens qui savent apprécier la beauté et l’excellence.  Ne soyez pas déçus : vous avez misé du bon côté.

Au moment de fermer ce chapitre pathétique d’une vie commune, alimentée à la flamme de nos convictions et de nos aspirations au mieux-être pour notre peuple, je vous dis à tous un profond et sincère merci pour votre attachement et votre fidélité.  Je vous remercie pour votre constance, votre sens de la discipline et de l’appartenance. Je vous remercie d’avoir obéi à mes mots d’ordre de rejeter toute forme de violence, de ne pas sortir dans les rues, on vous y attendait probablement pour vous infiltrer et vous piéger. On nous a dit impopulaire parce que nous avons pas lâché nos phalanges dans les rues pour, comme d’autres, saccager les magasins, piller les commerces petits et grands, incendier les résidences paisibles, casser les voitures : la population haïtienne nous en sait gré. Je garderai toujours en mémoire vos récentes et chaleureuses protestations de soutien, au moment même où la hiérarchie de notre parti m’immolait sur l’autel d’intérêts particuliers inavoués.  Je suis presque heureux que l’occasion m’ait été offerte de vous prouver que, quel que soit le prix à payer, je n’abandonnerai jamais ceux qui ont mis leur confiance en moi et qui ont livré à mes côtés le bon combat pour la victoire d’une noble cause.  Et surtout que je ne suis pas fait de cette pâte malléable qui prend la courbure de la main qui la pétrit et qu’il est des valeurs suprêmes que je ne saurais vendre pour des plats de lentilles : l’honneur et la fierté d’un homme vertical, rivé aux principes. Je n’étais pas prêt à ramasser le sceptre présidentiel dans la gadoue et la boue et courir le risque d’y laisser mon orgueil et mon prestige.

Je sais que vous souffrez de ces résultats, synonymes en quelque sorte de prime à la violence.  Ne vous abimez pas dans la mélancolie du vaincu ou du sacrifié : vous êtes de la race des conquérants.  Notre triomphe viendra tard, mais il viendra quand même.   Regardez vers le soleil, le front haut, l’âme altière et préparez-vous pour les batailles futures où la victime sera réhabilitée et le juste glorifié.  Courage, fils et filles de Dessalines : la nuit la plus noire annonce l’aurore radieuse.

Un militant ne perd jamais la guerre ; il perd des batailles, mais s’il garde ses convictions, elles en sortent enrichies et renforcées.

Ayiti pap peri

 

Book reviews

Haiti Noir

Book Review

The anthology edited by Edwidge Danticat puts a uniquely Haitian spin on the crime genre

"Danticat has succeeded in assembling a group portrait of Haitian culture and resilience that is cause for celebration." - Publishers Weekly